A quoi sert la FECAFOOT ?

Publié le par Atango

Après la mascarade de Marrakech, les crânes d'oeufs de la FECAFOOT n'ont rien trouvé de mieux à faire que de convoquer Samuel Eto'o et Eyong Enow. Les deux capitaines ont décidé de ne pas se rendre à cette pantalonnade, et pour ne pas couvrir leurs victimes de honte, ils ont gentiment promis de venir début décembre.

 

CAMEROON-FA.jpg

 

D'un côté, donc, des gens d'une inconséquence pitoyable, qui se permettent de déplacer deux travailleurs en pleine période critique. De l'autre, deux joueurs de football, leaders d'un groupe en rupture de ban, et qui savent très bien que les gros yeux de la FECAFOOT ne sont que de l'affichage.

 

Bref, une instance qui n'a jamais puni personne, et des jeunes gens qui le savent et se soucient donc d'éventuelles sanctions comme de leur premier maillot.

 

D'où la question : à quoi sert la FECAFOOT ?

 

Si la fonction de ces messieurs se limite à rédiger des lettres de convocation, n'importe quel surveillant général au pays peut le faire.

 

Voilà une pleine décennie que l'équipe nationale fanion n'a plus rien rapporté de nulle part, cependant que le football national est plus symbolique que réel.

 

Le mouvement d'humeur des Lions Indomptables à Marrakech, parti comme une revendication syndicale, est en train de tourner en manifeste politique, en tout cas dans l'esprit de supporters et citoyens en manque de héros.

 

Poser la question de l'incompétence aggravée de la FECAFOOT, c'est mettre sur la table le système et la culture dont elle est l'enfant légitime, et donc critiquer le régime politique qui a créé ce contexte de laisser-aller général.

 

Il n'est pas sûr que les Lions Indomptables soient capables de porter une telle responsabilité, et il est quasi certain qu'ils ne le souhaitent pas. Jusqu'ici, ils n'ont officiellement parlé que de leurs primes, et l'on peut gager qu'ils ne parleront de rien d'autre.

 

D'où l'autre question : le peuple camerounais peut-il indéfiniment utiliser comme bouclier son équipe, nationale, se cachant derrière un groupe de joueurs de football pour oser crier, bien à l'abri, son ras-le-bol ?

 

En attendant de connaître la réponse à cette question, on suivra avec un pénible amusement la séquence qui va suivre : Eto'o et Eyong se rendront à la convocation début décembre, et la FECAFOOT publiera juste après un communiqué disant que "les joueurs se sont expliqués, donc le problème est définitivement réglé."

 

Jusqu'à la prochaine fois.

Publié dans Chroniques

Commenter cet article