CAN 2012 et 2013, mode d'emploi

Publié le par Atango

Si la CAF était une maîtresse de maison, elle serait du genre fan de déco, car elle n'en finit pas de revoir ses statuts, ses règlements, ses compétitions à tout bout de champ.

 

Un jour de pluie, ces messieurs, qui s'ennuyaient sans doute, ont ainsi décidé de faire passer la CAN des années paires aux années impaires. Officiellement, il s'agit d'alléger le calendrier des sélections nationales africaines. Bon, aucune raison de douter de leur bonne foi, mais il convient de regarder avec des yeux critiques les actes posés par une instance qui a réussit récemment les exploits suivants :


- faire passer, au pas de charge, la phase finale de la CAN à 8, puis 16 équipes,

 

- avancer la date de la compétition à janvier-février,

 

- créer le CHAN dont cetains ne respectent pas les règles (n'est-ce pas, la Guinée Equatoriale ?), 

 

- manipuler et tripatouiller interminablement les conditions de décompte de points et de qualification (grâce à ce petit jeu, la CAF est responsable d'une belle quantité de migraines ces dernières années).

 

Bref, pour éviter de se faire jeter aux oubliettes les années où l'UEFA organise son Euro de foot (c'est la vraie raison), on passera des années paires aux années impaires, c'est définitif (pour l'instant). Une fois cette forte décision prise, deux options se présentaient : créer l'édition 2013, ou... ne pas la créer. La CAF, qui préfère toujours la quantité à la qualité, a choisi l'option 1.

 

Rappelons que l'UEFA ne convoque ses sélections que tous les quatre ans. La CONMEBOL, après avoir longtemps hésité, s'est fixée sur le même tempo pour sa Copa America. L'AFC compte aussi par quatre pour sa Coupe d'Asie. Seule la CONCACAF (Amérique du Nord) organise sa Gold Cup sur un rythme bisannuel (ou biennal, au choix). L'histoire retiendra donc que la CAF est la seule confédération à convoquer les sélections trois fois en quatre ans (de 2012 à 2015). Bravo, messieurs qui voulaient alléger le calendrier !

 

caf-logo-.jpg

 

L'autre avantage de cette intense phase de chamboulements tous azimuts, c'est qu'elle offre aux cerveaux de la CAF une super occasion de faire joujou avec nos nerfs. Rappelons-nous les exploits de cette fine équipe qui sévit depuis des décennies :


* Lors de la CAN 1988, deux équipes du groupe A se retrouvent à égalité de points à l'issue des matches de poule. L'Algérie (une victoire, un nul et une défaite) et la Côte d'Ivoire (trois nuls) comptent chacun trois points (le match victorieux donnait à l'époque deux points seulement). La CAF se rend brusquement compte quelle n'a jamais envisagé ce scénario, pourtant fort prévisible, et elle décide d'organiser un tirage au sort. Qualifier l'équipe ayant enregistré le plus grand nombre de victoires (soit l'Algérie) eût été plus logique, mais pourquoi faire simple lorsqu'on peut faire compliqué ? Heureusement (c'est le cas de le dire), c'est l'Algérie qui sortira du chapeau.


* Les mêmes super cerveaux, pour les éliminatoires de la CAN 2004, inaugurent le principe des groupes à taille variable, qui posent invariablement le problème des "meilleurs deuxièmes". Pour l'édition 2004, on a 10 groupes de 4 équipes et 3 groupes de 3 équipes. Seuls les deuxièmes des groupes 2 à 9 seront qualifiés. Ouf...


* En 2006, la CAF décide, avec l'imprudent accord de la FIFA, de s'attaquer aux éliminatoires de la Coupe du Monde. Ceux-ci seront jumelés, pour la première fois, avec ceux de la CAN qui se joue la même année en Egypte. Ainsi, seuls les premiers de poule vont à la Coupe du Monde, sachant que les trois premiers (incluant donc les premiers cités, vous suivez ?) sont qualifiés pour la CAN.


* Pour la Coupe du Monde 2010, les choses changent à nouveau. Après une série alambiquée de matches en "phase préliminaire", 48 nations sont retenues et réparties en 12 groupes de 4 équipes. Les premiers et les 8 meilleurs deuxièmes sont retenus pour disputer un troisième tour à 20 nations (soit 5 groupes dont les champions iront en Afrique du Sud).


* Lors de la CAN 2010 en Angola, la cellule des calculs de la CAF sera gâtée par un cas unique dans l'histoire du football : le Cameroun, le Gabon et la Zambie terminent les matches de poule avec le même nombre de points (3) et la même différence de buts (0). De plus, ces coquins se sont arrangés pour présenter un goal average particulier absolument égal, chacun ayant battu au moins l'un des deux autres. La CAF va ainsi devoir arbitrer, en inventant une nouvelle règle : le classement en fonction du plus grand nombre de buts marqués. Tout le monde n'étant pas un génie des mathématiques, cette situation donnera lieu à de pénibles malentendus, Alain Giresse et tous les Gabonais fêtant par exemple leur qualification alors qu'ils étaient éliminés.

 

Matches

 

Classement.jpg

Le casse-tête africain de la CAN 2010


* Mais le vrai petit chef d'oeuvre sera inventé en 2011. Un génie de la CAF a ainsi découvert la formule dite du "dernier de la poule non décompté dans le résultat final." Grâce à cette trouvaille, les calculettes ont chauffé pendant le dernier jour des matches de qualification à la CAN équato-gabonaise. Il s'agissait de savoir qui pouvait prétendre au titre de meilleur deuxième, en tenant compte de x paramètres, dont cette fameuse régle du passage à la trappe des derniers de poule.

 

Pour l'édition, 2013, nos professeurs Tournesol ont déjà tout prévu. Les équipes qualifiées pour la CAN sont mises dans un chapeau. Celles qui ne le sont pas doivent s'affronter dans des duels meurtriers, selon un tirage au sort faussement équitable (en réalité, les meilleurs au classement FIFA vont affronter les derniers de la classe, ce qui promet un belle boucherie). Ce petit massacre livrera un second chapeau de 15 équipes, et on aura un joli groupe de 30 pour la baston finale. Sauf que la CAN 2012 comptera 16 équipes et non 15. Le Gabon et la Guinée Equatoriale devront donc s'affronter dans un duel fratricide, pour qu'il n'en reste plus qu'un.

 

Pour la suite, on reprendra la vieille méthode : l'élimination directe, comme dans les années 80 (ou comme dans les fims western pour les amateurs). Les 30 équipes s'affronteront donc deux par deux en aller-retour, au cours de l'année 2012 (et sur la musique du Bon, la Brute et le Truand). Il n'en restera que 15, qui iront rejoindre l'Afrique du Sud chez elle dès le mois de janvier 2013.

 

Enfin, il est prévu que les cinq meilleurs équipes de la CAN 2013 soient qualifiées pour Brésil 2014. On échappe ainsi au système hyper-complexe qui avait été élaboré à la base pour cette compétition.

 

Mais on peut compter sur la CAF pour nous inventer une formule bien tortueuse qui désignera la cinquième équipe qualifiée en plus des demi-finalistes d'AfSud 2013.

Publié dans Chroniques

Commenter cet article

Indomptable 01/11/2011 19:35


Intrigue caf-kaienne... lol


Atango 01/11/2011 19:47



Bien trouvé. Je pense aussi que nos crânes d'oeuf ont lu Le Procès. Comme ils n'ont rien pigé, ils nous ressortent du mauvais Kafka, qui est encore pire que le vrai.



Frieda 01/11/2011 17:45


Bonjour Atango,
La déco est surement plus ordonné car le résultat peut charmer le regard. Pour les tripatouillages de la CAF
Trop compliqué pour mon cerveau de fan des Lions quand ils ont de sortie.
J'ai lu et je reviendrais lire pour mieux comprendre ces décisions des hautes instances CANESQUE
Bisous mon frère
Frieda


Atango 01/11/2011 19:46



Pour comprendre ces trucs, il faut prendre un congé, se faire du café et garder à côté de soi sa boîte d'aspirine. lol