En vidéo : l'Inter tenue en échec à domicile par Brescia, Eto'o (encore) buteur

Publié le par Atango

L'Internazionale Milano traverse une mauvaise passe. L'équipe est actuellement décimée par les blessures. Au cours du match joué contre Brescia ce samedi 6 novembre, Maicon et Walter Samuel ont rejoint à l'infirmerie le gardien Julio Cesar.

Les poulains de Rafa Benitez ont été cueillis à froid dès la 14e minute, en encaissant un but marqué par Andrea Caracciolo, le seul attaquant placé en pointe chez les Lombards par Giuseppe Lacini. Encore un but concédé par une défense interiste décidément trop lente et de plus en plus fébrile. Le souci, c'est que hormis quelques cadors comme la Roma ou le frère ennemi, le Milan AC, toutes les équipes du Calcio jouent le match de la saison à Giuseppe Meazza.

Les joueurs de Brescia ont donc rapidement placé devant Michele Arcari une double digue contre laquelle les vagues milanaises milanaises sont venues se briser 80 minutes durant. Diego Milito, de retour sur le terrain, est resté muet. "Il Principe" (que certaines mauvaises langues commencent à appeler "Il Principito"), très peu mobile et incapable de s'excentrer, prive clairement l'Inter de la profondeur qu'il lui faudrait face à ces équipes qui viennent tuer le jeu. La frappe inexplicablement envoyée dans le décor dans la dernière minute des prolongations, alors qu'Arcari était battu, est symptomatique du rendement de l'Argentin : mitigé, voire moins. De plus, Benitez, ayant perdu deux joueurs pour cause de blessure, se voyait privé, dès la 50e minute, de la possibilité d'effectuer un quelconque changement.

Il a fallu encore que Samuel Eto'o, placé à gauche à cause du retour de Milito, joue les ouvre-boîte, en provoquant un penalty qu'il s'est chargé de transformer à la 73e minute. A mon avis, si Benitez veut renverser la vapeur, il doit replacer le Camerounais dans l'axe, quitte à se passer des services de Milito. Il n'est pas concevable qu'un attaquant moderne soit absolument incable de s'excentrer ni de décrocher. Milito est un attaquant fixe à l'ancienne, et son immobilité oblige ses coéquipiers à travailler deux fois plus.

Il y a aussi un grand chantier à mener en défense. Mais comme c'est toujours le cas, la racine du problème se trouve au milieu. C'est à ce niveau qu'il va falloir verrouiller, dans l'axe et sur les côtés. On a vu que l'entrée d'Obi avait apporté une meilleure stabilité dans ce secteur de jeu.

Dans les phases offensives, ça manque de mouvement, Milito ne fait jamais d'appel dans la profondeur, et il ne revient pas vers les milieux offensifs pour leur proposer un appui. Quant à Coutinho, il doit choisir : soit il prend plus de risque balle au pied, soit il apprend à ajuster ses passes. Le "junior" brésilien, encore trop tendre, perd beaucoup de ballons faciles, qui se tranforment en autant d'occasions dangereuses pour des équipes profilées pour la contre-attaque.

Vivement le dimanche 14 novembre : le derby milanais nous dira si l'Inter s'enfonce, ou si les hommes de Massimo Moratti arrivent au moins à fermer les vannes dans une défense que Gareth Bale semble avoir traumatisée.

En attendant, Samuel Eto'o, caracole toujours en tête du classement des buteurs, avec avec un ratio impressionnant (8 buts en 9 matches).

 

Publié dans En vidéo

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article