Eto'o et l'Inter : finale 2/3 cet après-midi

Publié le par Atango

Le contexte

L'Inter de Milan a, cette année, l'occasion de réaliser un triplé inédit. Le deuxième round de cet exploit historique se joue cet après-midi à Sienne, en Toscane (centre-ouest de l'Italie). Les résultats en demi-teinte du club lombard en milieu de saison ont considérablement réduit la confortable avance qu'il avait acquise sur ses poursuivants, au point que les Romains de la Roma (ça ne s'invente pas) ont pu venir lui mordre les mollets, et que le champion ne sera désigné qu'à l'issue de cette ultime journée du Calcio.

 

u1_inter-milan-samuel-eto-o_diaporama.jpg

 

Les scenarii possibles

Sortez vos calculettes : avant le début du match, L'Inter possède 79 points et la Roma 77. Sachant que chaque victoire rapporte 3 points et chaque match nul 1 seul, si les hommes de Mourinho gagnent leur match contre Siena, ils sont champions, quel que soit le résultat de l'autre match (la Roma se déplace à Vérone, chez un Chievo déjà assuré de terminer dans le ventre mou du classement). En cas de match nul, les choses se compliquent. Un nul des interistes et un nul des Romains qualifient les premiers cités. Un nul des interistes et une victoire des Romains mettent les deux équipes à égalité, 80 points. Dans ce cas, la fédération italienne ira regarder les résultats des deux confrontations directes cette saison (aller et retour) entre les deux clubs. La Roma serait alors déclarée championne, puisqu'elle a battu chez elle l'Inter (2-1) au match retour, après avoir obtenu un match nul (1-1) à l'aller. En clair, l'Inter a tout intérêt à gagner ou, au moins à ce que la Roma ne gagne pas. Nonobstant, les Nerazzurri sont en ballotage favorable.

 

L'enjeu

Pour rassurer Eto'o et ses camarades, rappelons que Siena est d'ores et déjà reléguée en Serie B, ce match est donc sans enjeu pour les Toscans.


Pour remettre la pression aux Nerazzurri, signalons tout de même que le Bayern, leur challenger en finale de la Champions League (le 22 mai prochain au stade Santiago Bernabeu de Madrid) a remporté hier la finale de la Coupe d'Allemagne en atomisant le Werder de Brême (4-0). Les Bavarois ont déjà rempli leur deuxième case, à l'Inter d'en faire de même cet après-midi, pour que le futur chamion d'Europe soit, de toutes façons, le numéro un incontestable chez lui. (L'Inter a remporté, le 5 mai 2010, la finale de la Coupe d'Italie, face... à l'AS ROMA).


Tant mieux pour l'enjeu et pour le jeu : ainsi, la "finale" du Calcio de cet après-midi gardera tout son intérêt.


Petit vocabulaire :

Championnat d'Italie de football : Il comporte deux divisions professionnelles : la Serie B (Division inférieure) et la Serie A (Division d'élite). Il faut distinguer le "calcio" (le tournoi) et le "scudetto" (la récompense du champion). On peut ainsi dire que le premier du "calcio" remporte le "scudetto".

Des expressions comme "nerazzurri", "giallarossi", "rossoneri" sont des circonlocutions qui désignent les équipes du Calcio en fonction de leurs couleurs historiques. Ainsi, Nerazzurri (Inter Milan) = noirs et bleus, Giallarossi (AS Roma) = blancs et rouges, Rossoneri (Milan AC) = Rouges et noirs, etc.

Publié dans Analyses

Commenter cet article