Europa League : Meyong Ze et Braga seront en finale !

Publié le par Atango

Qui a dit que la Europa League était une sous-compétition ? Celui là devrait revoir l'ensemble des matches des demi-finales de cette saison, et manger son chapeau. La rencontre entre Braga et le Benfica de ce 05 mai 2011 avait une tout autre saveur que la leçon de football infligée la veille par Manchester United à Shalke, ou que la stupide guéguerre que se sont livrés les deux clubs ennemis d'Espagne, sous prétexte de classico.

 

Braga remporte ce match sur le score de 1 à 0, et se qualifie grâce au but marqué à l'extérieur (1-2 le 28 avril dernier à Lisbonne). Les locaux ayant marqué dès la 19e minute (Custodio sur corner, d'une superbe tête), les lisboètes ont entrepris la reconquête, sans pour autant perdre leur belle maîtrise technique et tactique. Leurs hôtes ont eu le bon goût de ne pas s'entasser derrière, ce qui a donné un match très agréable à voir, et l'on a très vite arrêté de compter les occasions de buts. Seul l'extraordinaire talent des deux gardiens a permis de préserver le score qui envoie Braga au ciel ce soir.

 

Meyong Zé, sorti à la 87e minute, a fait un très bon match. J'ai notamment apprécié sa capacité à peser sur la défense adverse, très bénéfique pour son équipe qui ne pouvait pas se payer le luxe de lui attrbuer le moindre compagnon aux avants-postes. Il a joué à merveille son rôle de "pourrisseur" de la ligne de défense du Benfica, ce qui a permis à Lima et surtout à Mossoro de surgir régulièrement du milieu pour venir mettre la pagaille dans la zone de vérité.

 

Ce que l'on retiendra aussi, c'est l'image donnée par ce public formidable de ferveur, qui a porté à bout de bras son équipe pendant 95 minutes. D'habitude à Braga, on passe la moitié du match à se demander qui a eu l'idée de creuser ce drôle d'ovni architectural.

 

estadio_axa.jpg

 

"Pendant que Lisbonne se fait belle, Coimbra étudie, Braga prie et Porto travaille." Voilà ce que prétend un adage très connu dans la péninsule. Ce soir, le Benfica n'était pourtant pas venu faire un défilé de mode, et la folie qui a saisi les 30 000 supporters aux trois coups de sifflets de M.Atkinson n'avait rien de mystique.

 

La finale du 18 mai prochain à Dublin sera à 100 % portugaise (Porto a été battu 2-3 à Villareal mais se qualifie grâce au score du match aller qu'il avait remporté 5-1). Elle sera aussi un peu camerounaise, grâce à la présence de Meyong Zé, dernier rescapé des compétitions européennes cette année.

 

Le but de Custodio en vidéo

Publié dans Analyses

Commenter cet article