Génération Wenger : brillante et maudite

Publié le par Atango

Depuis six ans Arsenal, tout en livrant l'un des meilleurs spectacles footballistique de la planète, n'a rien gagné. Arsène Wenger commence ainsi à traîner une réputation de coach doué, mais poisseux.


Ce qui s'est passé ce dimanche 27 février 2011 à Wembley ne va pas arranger son image. En finale de la Carling Cup, Arsenal a perdu face à une équipe de Birmingham City qui, en championnat, moisit dans les profondeurs du classement.


arsenal-cesc-fabregas.jpg

 

Rapidement menés au score (but de Zigic à la 28e minute), les artistes londoniens n'ont pas attendu longtemps avant de pouvoir égaliser (Van Persie, 39e minute). Après ce but, ce ne fut plus qu'un match à sens unique, avec l'armada des canonniers qui essayait inlassablement de prendre d'assaut la forteresse adverse.


A vrai dire, les Gunners ont été supérieurs sur tous les plans : physique, tactique, technique évidemment et pour une fois, mental. Las, il a fallu qu'un tir mal repoussé par Szczesny revienne dans les pieds d'un Martins qui n'en croyait pas lui-même ses yeux. Et cela à la 90e minute du match.


Faute de baraka, la génération dorée d'Arsène Wenger devra donc attendre son premier sacre (rappelons, de tout l'effectif du club, seuls Almunia et Eboué étaient là lors du dernier trophée remporté par le club en 2005).

 

Voici en vidéo le but de la poisse :


Publié dans En vidéo

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article