Le Cameroun remporte la LG Cup 2011

Publié le par Atango

Les matches se suivent et ne se ressemblent pas. Excellent contre le Soudan, Benoît Angbwa a complètement disparu face au Maroc, alors que le côté gauche se stabilisait grâce à une très bonne prestation de Henri Bedimo.

 

Ndy Assembe quant à lui a peut-être définitivement piqué la place à Kameni, qui a sans doute oublié que le niveau minimun qu'on demande à un gardien camerounais digne de ce nom, c'est le niveau "miracle."

 

Mais au-delà des prestations individuelles, la confrontation a clairement été à l'avantage du Maroc. Plus rapides, mieux organisés, les Lions de l'Atlas ont juste manqué de réussite. Quant aux Lions Indomptables, ils ont montré le visage d'un équipe volontaire et pleine de courage. Très souvent dépassée par la vitesse des attaquants marocains, nos défenseurs se sont sortis les tripes pour obtenir la victoire de ce soir.

 

LG-CUP-AFRICA-300x211.jpg

 

On ressent encore dans le groupe Lions une défense pas sûre, et un milieu souvent "flottant". La faute sans doute au 4-3-3 (une manie) instauré par Lavagne, qui condamne Alex Song à faire prendre un grand risque à sa défense chaque fois qu'il tente une passe vers l'avant. D'où cette impression que notre milieu manque de densité.

 

Les deux buts sont splendides, et arrivent à la conclusion de belles actions offensives. Eto'o marque d'une frappe sèche du gauche dans un trou de souris (73e), tandis qu'Amrabat termine un superbe mouvement de contre-attaque du Maroc (90e).

 

Score final : 1 - 1.

 

Au final, il va falloir attendre que l'infirmerie se vide pour mesurer l'état d'avancement du chantier, mais Denis Lavagne, très actif sur le banc (ça nous change de la momie Clemente) et dont on a vu l'effet des consignes dès le retour de la pause, peut déjà être félicité : il fait un excellent kiné pour le grand corps convalescent qu'est l'équipe nationale du Cameroun. Mais il n'aura sa promotion au grade d'infirmier que quand il "oubliera" Makoun dans sa Grèce d'accueil.

 

Ah, j'oubliais. Au fait, suite à une séance de tirs au but (drôle de compétition), le Cameroun a remporté cette drôle de compétition appelée LG Cup. Samuel Eto'o a enfin pu soulever un trophée, mais le capi lui-même sait ce que le peuple attends !

 

Sérieusement, on ne va pas faire la fine bouche : toute victoire est belle, et les garçons se sont férocement battus ce soir. Et puis, la génération Eto'o qui vient battre à Marrakech la génération Kharja trois décennies après que la génération Milla se soit imposée sur les mêmes terres face à celle de Bouderbala, ça vous a un petit goût de délicieuse nostalgie.

 

D'ailleurs, le sort s'en est mêlé, puisque c'est Nordine Amrabat, le joueurs marocain ayant égalisé à la 90e minute, qui place son pénalty dans les bras de Ndy Assembe pour la victoire finale du Cameroun.

 

Bravo les Lions !


Publié dans Analyses

Commenter cet article

Nelson 14/11/2011 01:35


j ai bien cette manie kon a de denigrer nos anciens coach kan le nouveau fais un faible exploit sans etudier les erreurs presentes dans son jeu. Quand vous auriez fini de dire de Clemente qu´il est
une momie, vous direz de celui- ci qu'il es pire qu'un singe hors cage


Atango 14/11/2011 19:40



Je n'ai pas attendu que Clemente s'assoie sur le banc des Lions pour dire qu'il n'apporterait rien de bon. Si tu remontes mes articles, tu verras que :


1. J'étais l'un des rares à demander qu'on laisse Paul le Guen continuer ce qu'il avait commencé


2. Je reconnais que Clemente a apporté un fond de jeu aux Lions, mais il fallait plus. Il fallait qu'il se montre plus impliqué dans son discours et dans son action sur le banc, comme Lavagne le
fait aujourd'hui en se levant, en donnant de la voix quand il le faut.


Voilà pourquoi Clemente est qualifié de momie, et je maintiens ce porpos.



Indomptable 13/11/2011 23:51


j'ai aime l'esprit guerrier des gars. le hemle est-il revenu?


Atango 14/11/2011 19:42



C'est vrai qu'ils se sont battus. Pour moi, une bonne équipe c'est une équipe qui gagne même en jouant mal. Aujourd'hui on célèbre la génération des années 2000. Mais on oublie de dire qu'ils ont
gagné 2 CAN aux tirs au buts. D'ailleurs, les CAn 2008 et 2010 ont été perdues suite à des bourdes commises par des joueurs qui auraient dû prendre leur retraite from. Ce n'est donc pas le jeu
qui nous a manqué, mais le courage de mettre des gens à la retraite et de former la relève à temps.