Le zouk est bien né d'un croisement entre la biguine et le makossa

Publié le par Atango

R-2266118-1273307036.jpeg

 

Le zouk, phénomène musical né au mitan des années 80, est devenu le rythme antillais le plus emblématique. Il est l'héritier direct de la biguine, mais il porte aussi dans son ADN les trois temps rompus du makossa. Le croisement s'est effectué à Paris, où une bande de rats des studios antillais participa de près à l'âge d'or du makossa, avant de créer de toute pièce le zouk, puis le zouk-love.

 

Comme tout enfant génial, le zouk ne manque pas de parents  plus ou moins revendiqués. En tant qu'avocat du makossa, votre honneur, je ne vous servirai pas de longs discours. Juste cette chanson du génial Guillaume Toto (personne ne démérita jamais autant de son nom de famille).

 

On trouve au générique de ce pur moment de makossa, qui date de 1985, un certain JC Naimro, un certain J. Ph. Martely et une certaine J. Beroard. Je n'ai à rajouter.

 

Publié dans Du son

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Frieda 01/11/2012 12:54

Bonjour Atango
Je me souviens bien de ces temps là
Toto Guillaume et les amis de Kassav
Je reste découvrir...Ecouter
Bonne journée
Frieda

Indomptable 28/10/2012 22:51

A quand une petite reflexion sur le bikutsi qui se deshabille de plus en plus?

Atango 29/10/2012 09:45



Le bikutsi, ou l'ensemble des musiques qu'on agglomère sous ce nom, a toujours été chanté avec des textes et dansé avec des gestes suggestifs. Gars, n'oublie pas que la plupart de nos artistes ne
reprennent que les chansons des réunions de femmes, et que celles-ci sont déjà pas mal "chaudes". Cela dit, le dérapage ne vient pas de la suggestion (qui est une preuve d'intelligence, cf Nkoss
Binga de G. Seba), mais de la pornographie (au sens premier du mot) des textes, qui, elle est une preuve de bêtise (cf les "textes" de K-Tino). Voilà, tu as déjà le début de la chronique que je
vais consacrer un jour au bikutsi :)



Indomptable 28/10/2012 22:49

La grande epoque du Makossa... Dans la "discotheque" du quat' je pouvais lire les pochettes de tous les 33 et 45 tours. C'est comme ca je me suis familiarise avec des noms comme Bolognesi, Hatot,
JC Naimro, Michel Alibo dont la ligne de basse au makossa n'etait pas du tout mal. C'est avec l'avenement d'internet que j'ai decouvert que pour la plupart c'etait des cousins des iles...