Lions Indomptables : il faut les supporter !

Publié le par Atango

A un mois du match Cameroun-Japon, la fièvre monte, et le rythme des événements s'accélère. Dans l'emballement médiatique qui a suivi la publication de la liste des 30, chacun y est allé de son commentaire, moi le premier. Il est temps maintenant de soutenir l'équipe nationale, quelle que soit notre opinion sur le système, sur les joueurs ou sur le sélectionneur. En effet, il est sain de critiquer ce qui nous semble biscornu, et personne ne s'est gêné pour dire haut et fort ce qu'il pensait. Mais rien de tout cela ne nous empêchera de trembler de tout notre corps au coup d'envoi du premier match du Cameroun en Afrique du Sud. Nous serons impliqués dans l'affaire, tous autant que nous sommes.


En réalité, le groupe "Cameroun" présente des atouts indéniables, et il n'est pas exclu que nous réalisions de belles choses à ce Mondial. Vous l'avez compris, nous allons parler, pour une fois, de ce qui marche bien :


Une volonté politique et les moyens idoines

On sait quel profit les dirigeants camerounais tirent des victoires des Lions Indomptables. Ainsi, on a pu constater à l'occasion du tournoi de qualification à cette Coupe du Monde que lorsque la volonté politique s'affirme, les moyens suivent et des miracles s'opèrent. Même si nous en avons trop fait avec nos youyous et nos comités d'accueil à Nsimalen, l'arrivée de Paul Le Guen revêtait une importance symbolique exceptionnelle, et l'ancien coach du PSG a bénéficié de moyens et de pouvoirs qu'aucun de ses prédécesseurs n'avait jamais pu obtenir.

 

L'avez-vous remarqué ? Pour une fois, on n'a entendu aucune plainte à propos des primes, et aucune mallette n'a été égarée au-dessus de l'océan. Le gouvernement camerounais a quasiment devancé tous les désirs du sélectionneur national, et cela continue : les Lions Indomptables seront l'une des délégations les mieux logées en Afrique du Sud. Sur le plan sportif, tous les matches amicaux demandés ont été planifiés avec sérieux et professionnalisme. Plusieurs autres dysfonctionnements qui étaient devenus quasi endémiques ont aussi été gommés sans que personne n'en fasse seulement la remarque. Il est vrai qu'on ne parle généralement que  des trains qui arrivent en retard.


Des joueurs de grand talent

Il y a quelques jours, je rappelais sur ce même espace que la plupart de nos joueurs se présenteront en Afrique du Sud avec dans leurs bagages une moisson inédite en termes de victoires en championnat, coupes nationales, coupes continentales, montées en division supérieure, etc. Une fois n'est pas coutume, nous aurons donc un groupe composé de joueurs talentueux, au sommet de leur forme et encore sur une dynamique de victoire. Sur le papier, avec une équipe dans laquelle on retrouve des joueurs titulaires à l'Inter, à l'Ajax, chez les Spurs de Tottenham ainsi qu'à Lyon, Marseille et Monaco, nous n'avons à envier aucune des 31 autres nations. La qualité individuelle de chacun de nos joueurs est avérée, reste à construire une dynamique centripète qui devra, petit à petit, produire un groupe soudé et solidaire : en un mot, une équipe.


Un groupe jeune et affamé de victoires

En termes d'arithmétique pure, la cuvée 2010 des Lions Indomptables n'est sûrement pas la plus jeune de l'histoire du football camerounais. Pourtant, l'apport vivifiant de la "Deutsch-Brigade" donne à ce cru un goût acerbe qui nous promet une prestation corsée et pétillante. Espérons simplement que la phase de préparation permettra cette osmose que nous souhaitons entre ceux qui ont déjà de la bouteille, ceux qui se bonifient doucement depuis quelques années et ceux qu'on peut considérer comme des primeurs.


Un sélectionneur qui sait ce qu'il veut

Si j'étais Président d'une république, quelle qu'elle soit, je ne ferais jamais de Paul Le Guen mon ministre de la culture. Il faut néanmoins reconnaître au sélectionneur national une volonté de bâtir l'équipe la plus compétitive possible. Pour cela, il utilise tous les moyens mis à sa disposition, dans le périmètre de manœuvre qui est le sien. Il a aussi montré qu'il était lucide à propos des forces et des faiblesses de son groupe. Bref, au-delà de sa communication qui laisse à désirer (mais ça, c'est la marque de fabrique de tous les entraîneurs français, suivez mon regard) et nonobstant quelques erreurs, PLG fait plutôt bien son travail.


Une compétition qui se joue quasiment à domicile

Personnellement, je n'irai pas en Afrique du Sud. Motif officiel : je déteste la vuvuzela. La vraie raison : je n'ai pas les moyens. Néanmoins, je suis persuadé que, grâce au statut et à la renommée du Cameroun en Afrique et grâce à la présence sur le terrain de la star mondiale Samuel Eto'o, le soutien des tribunes sud-africaines est acquis aux Lions Indomptables. Il faudra juste les entraîner à subir pendant 90 minutes les hurlements de la satanée "trompette-authentique-africaine" made in Shangaï.


95c0ce20ba9276a0e35745bcc53ee497cd39bc2d-blogger-images-13-.jpg

 

Un soutien populaire acquis et actif

Le Cameroun, c'est comme un parent ivrogne : il vous agace prodigieusement par ses turpitudes et il ne rate pas une occasion de vous "mettre la honte", mais vous l'aimez profondément (même si vous vous demandez parfois pourquoi.) Pour cette seule raison, le groupe de Paul Le Guen pourra compter sur les millions de soutiens des coeurs battant à chaque seconde de chaque match ; le cœur d'un peuple qui subit sur cette planète plus que sa part de misère, et qui n'a eu ici bas qu'une seule chance : le football est inscrit dans son ADN.

Publié dans Chroniques

Commenter cet article

Donny 15/05/2010 12:25


Un régal de te lire. Tous derrière les lions, mais avec un peu de frein pour les cardiaques. Je suis tout de même confiant ! Vivent les illics.


Atango 15/05/2010 01:59


@ Indomptable

loool. Le verbe supporter peut être compris de plusieurs façon, mon frère. Il faudra aussi supporter la vuvuzela. M'en fiche, moi je vais couper le son de ma télé.


Indomptable 15/05/2010 01:06


Atango, Okalga ! Vuvuzela t'a fait quoi?

Une petite remarque, si on s'en tient au nombre de tickets vendus aux (ressortissants des ?) pays africains, le soutien du public - naturel et acquis a la cause des equipes africaines - semble bien
faible face a la presence hollandaise par exemple (40 000 tickets achetes). Heureusement qu'on a Vuvuzela pour nous.
1 Vuvuzela = 5 voix hollandaises, la nouvelle equation des supporters est trouvee (rires).

Cela dit, je compte les minutes qui nous separent du 11 juin. Meme si depuis 2004, apres chaque CAN, je vis le dilemme de Jean Miche Kankan : ma tete me dit quitte sur ca, mon coeur me dit reste !
Biye boya alors? Supportons seulement...