Petit Pays, ou la mort du football au Cameroun

Publié le par Atango

Ainsi, monsieur Adolphe Claude Alexandre Moundi, alias "Petit Pays", "l'avocat des femmes", "Le neveu de Jésus", " Rabbi", et une douzaine d'autres surnoms du même degré de modestie, est devenu le président du Caïman Club de Douala.

Le simple fait que ce clown mégalomane ait encore une once de succès artistique est déjà un mystère. Il a fallu en plus que les dirigeants du Caïman, à court de fonds, lui confie les rênes du club mythique d'Akwa. Je ne sais pas quelle connaissance a Petit Pays des choses du football. Par contre, je suis absolument convaincu de son inaptitude définitive aux techniques du management.

1272520482729.jpg

Son dernier exploit en date, après avoir défrayé la chronique pour une affaire d'abus de confiance, a été de limoger de manière intempestive l'ensemble du staff technique du Caïman. L'homme qui a déclaré à un panel de journalistes ahuris que ses joueurs mangeaient cinq fois par jour vient ainsi de se débarrasser d'une bonne demi-dizaine de bouches à nourrir. Par le même coup, il a décapité un groupe dont les résultats, sans être éblouissants, étaient jusqu'ici honorables (quatre points de pris en quatre matches, mieux que l'Inter d'Eto'o, toutes choses restant égales par ailleurs).

Gageons qu'on n'a pas encore vu le pire. Monsieur le Président, roi du farotage, avait déjà imposé son propre frère Didier Moundi comme joueur dans l'équipe. Après le limogeage du staff, que nous prépare encore "The King of Makossa Love ?" Imaginez la plus basse des turpitudes qu'un être humain puisse perpétrer pour attirer l'attention sur lui : vous pouvez être sûr que Petit Pays fera pire.

En attendant qu'ils récupèrent enfin les clés de leur maison qu'ils ont confiées à un saltimbanque fortuné, les instances du Caïman de Douala ont du souci à se faire, et nous tous avec eux. En vérité, la simple possibilité qu'un tel bonhomme puisse advenir à la tête d'un club de football de la MTN Elite One est un signe suffisant de l'état de mort clinique du football au Cameroun.

Publié dans Chroniques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Indomptable 06/12/2010 22:41


J'aime pas la musique de l'homme. De la pure cacophonie... Pourtant je suis toujours impressione par sa capacite a creer l'evenement autour de lui-meme. Dans "zero" comme on dit chez nous.

Que Caiman ait choisi "Rabba-Rabbi-Avocat-defenseur-des-femmes-turbo-numero-un-d'afrique" comme son principal dirigeant est, s'il en fallait encore, une preuve que la gestion du football chez nous
est tombe bien bas... L'avenir nous reserve de bien pales intrigues.