Pourquoi la "démission" de Makoun et Angbwa ne veut rien dire

Publié le par Atango

Deux joueurs camerounais ont envoyé à la FECAFOOT, par leur avocat interposé, une lettre dans laquelle ils affirment qu'ils "n'entendent plus répondre de [leur] présence à l'équipe nationale" tant que les sanctions infligées à Samuel Eto'o et à son vice (sic) Eyong Enoh ne sont pas levées.

 

Cette missive, si elle s'inscrit bien dans l'atmosphère passionnelle dans laquelle baigne cette histoire, est, de par ce fait, un non sens juridique, une aberration lexicale, mais une merveilleuse nouvelle sur le plan sportif.

 

D'abord, sur le plan juridique, affirmer que l'on n'entend plus répondre de sa présence à l'équipe nationale, c'est juste donner un grand coup d'épée dans le fleuve (le Nyong, la Sanaga, voire la Bénoué, au choix). En effet, les convocations aux regroupements de l'équipe nationale relèvent de la décision unilatérale du sélectionneur. D'une part, il n'attend pas que les joueurs lui adressent un quelconque CV, et d'autre part, le joueur qui oserait ne pas se présenter encourrait les sanctions de la FIFA.

 

Ainsi, on ne peut pas démissionner de son équipe nationale. La seule chose qu'on peut faire, c'est de déclarer urbi et orbi qu'on prend se retraite internationale. Les manchettes des journaux, interviews et autres vidéos prises pendant un éventuel jubilé pourront ainsi faire foi devant une juridiction de la FIFA. En clair, si Denis Lavagne convoquait Makoun et Angbwa pour le prochain regroupement, ils feraient bien de s'y présenter, car dans le cas contraire, la FECAFOOT serait en droit de porter l'affaire devant la FIFA, attendu que ces deux joueurs ne sont ni retraités, ni suspendus, ni blessés.

 

Ensuite, sur le plan lexical, cette lettre parle très bizarrement d'Eto'o et de son vice. On savait que le pensionnaire de l'Anzhi, comme tout mortel, n'avait pas que des qualités. Mais de quel vice parlent donc nos deux mousquetaires ? S'il s'agit du vice-capitaine, Eyong Enoh, il faudrait qu'on dise "vice-capitaine", puisque nous avons affaire à un mot composé. D'ailleurs, Eyong n'est pas le vice-capitaine d'Eto'o, mais celui de l'équipe. Maître Ebenezer Paul MAH, qui a pourtant truffé sa lettre d'un jargon juridique digne du pédant notaire de l'Ecole des Femmes (Molière), aurait pu mieux mériter ses 20 000 CFA d'honoraires.

 

Avocats-du-football.jpg

 

La seule bonne nouvelle, c'est donc que sur le plan sportif, deux joueurs, dont l'apport dans le jeu et dans les résultats était devenu franchement moyen, se mettent volontairement sur la touche. Ils éviteront ainsi à Denis Lavagne de commettre à nouveau l'erreur majeure de les sélectionner. Et qu'ils se rassurent : on trouvera des joueurs pour les remplacer.

 

D'ailleurs, tous les membres de la bande de Marrakech peuvent envoyer leur propre lettre bourrée de vices de forme. On trouvera toujours, au Cameroun, 23 bonshommes pour jouer les matches de foot avec le maillot vert sur le dos, quitte à sélectionner l'équipe B du lycée de Nanga-Eboko. 

 

Et je doute que l'équipe B du lycée de Nanga-Eboko fasse moins bien que celle qui nous a couverts de honte en Afrique du Sud, en terminant 31e sur 32 nations.

Publié dans Chroniques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Atango 30/12/2011 11:02

@ Shabbaz

Ce que j'essayais de démontrer, c'est que ça ne sert à rien de dire qu'on "démissionne" de l'équipe nationale pour un motif comme celui évoqué par nos deux compatriotes. généralement, on "quitte"
l'équipe pour prendre sa retraite, ou pour motif indéterminé (c'est encore plus malin).

Pourquoi je le dis ? Parce que la FIFA dit "En principe, tout joueur de football affilié à un club est tenu de
répondre positivement à une convocation qui lui est notifiée par l’association dont il est ressortissant pour l’une de ses équipes représentatives." (art. 3.1.) Et ce n'est que dans le commentaire
de cet article que la FIFA demande au joueur de notifier par écrit sa fédé s'il ne souhaite plus qu'on l'appelle.

Il y a donc deux possibilités d'interprétation. Si Lavagne convoque Makoun et/ou Angbwa, la FECAFOOT pourrait arguer de l'article 3.1. pour leur chercher des problèmes. Les joueurs et leur conseil
quant à eux évoqueront le commentaire de l'article et la jurisprudence. Et c'est là que la FECAFOOT pourrait rejeter la jurisprudence, en mettant en avant le fait que les joueurs ayant auparavant
signifié à leur fédé leur souhait de ne plus venir en sélection n'avaient pas pris comme prétexte une revendication comme celle présentée par Makoun et Angbwa.

Bref, on pourrait s'amuser comme cela longtemps. Mais je continue à penser que la FIFA pencherait finalement vers la FECAFOOT, ou au moins qu'elle essaierait de jouer les médiateurs pour ne pas
désavouer une fédération membre.

Mais nous sommes d'accord pour dire que, tant qu'il s'agit de Makoun et Angbwa, enregistrons vite leur lettre et laissons-les là où ils sont. Par contre, si un Alex Song ou un Joël Matip s'y
mettent, il faudra les sissia par les voies du droit :)

Même si on voit bien avec cet exemple que le droit de la FIFA est tordu comme un goyavier.

shabazz 29/12/2011 22:31

@Atango

les textes de la FECAFOOT ne peuvent pas aller aux antipodes de ceux de la FIFA. Donc si le joueur respecte les textes fixés par la FIFA, ils n'ont absolument rien à craindre, car la FIFA ne peut
arbitrer un litige qu'il ne saurait circonscrire.
Et je pense que le texte de la FIFA relève du bon sens, car on ne peut obliger quelqu'un qui ne veut pas jouer à jouer. Et ceux d'autant plus s'il a formuler une demande écrite. Le cas de
Makhelele, je ne maitrise pas les contours, mais s'il avait signifié par écrit à la FFF qu'il n'est plus disposé à jouer pour l'équipe de France, il ne risquait absolument rien.

Mais bon, on bavarde la même pour rien, car pour moi c'est une excellente nouvelle leur retrait. Comme je le disais sur le toli, si Makoun voulait vraiment faire pression pour qu'on ramène SEF, il
n'avait qu'à ménacer d'être titulaire à tous les matchs des lions tant qu'Eto'o sera suspend...mdr
Même IYA allait marcher pour faire revenir Eto'o

Atango 29/12/2011 19:36

@ Shabbaz

Le texte de la FIFA place un cadre général, que chaque fédération membre précise selon sa propre politique. La politique de la FECAFOOT, c'est qu'un joueur convoqué doit se présenter. S'il ne
souhaite pas être convoqué, ben il y a un vide juridique qui peut être interprété selon le texte de la FIFA ou selon le texte de la FECAFOOT.

Dans tous les cas, la FIFA soutiendra la FECAFOOT.

Le document remis par Makoun et Angbwa, selon moi, n'empêchrait pas Lavagne de les convoquer, tout comme Domenech avait convoqué Makélélé en 2006.

Généralement, la Fédération s'abstient de convoquer à nouveau un joueur qui a déclaré qu'il ne le souhaitait plus. Mais c'est juste par bon sens, car aucun texte ne donne vraiment à un joueur le
droit de refuser une convocation, alors qu'en revanche le texte de la FECAFOOT oblige les joueurs à venir.

Je ne souhaite pas que Denis Lavagne convoque à nouveau ces deux joueurs, mais ce serait amusant de voir ce qui se passerait si jamais il les appelait.

shabazz 29/12/2011 19:06

Merci d'avoir trouvé le lien à ma place. Il est précisé justement dans le lien en page 91 que :

"Lorsqu’un joueur est convoqué en équipe nationale, il doit en principe
obéir à cette convocation. S’il ne souhaite pas être convoqué
pour certains matches ou pendant une certaine durée, il doit en informer
l’association dont il a la nationalité, par écrit, avant qu’elle ne le
convoque. De plus, seul le joueur lui-même peut renoncer à représenter
son équipe nationale. Il doit en informer l’association concernée
par écrit."

Je pense que c'est clair net et précis.

Donc avec les documents envoyés par MAKOUN ET ANGBWA, la FECAFOOT ne peut RIEN leur faire, mais alors rien du tout.

shabazz 29/12/2011 19:00

Merci d'avoir trouvé le lien à ma place. Il est précisé justement dans le lien en page 91 que :

"Lorsqu’un joueur est convoqué en équipe nationale, il doit en principe
obéir à cette convocation. S’il ne souhaite pas être convoqué
pour certains matches ou pendant une certaine durée, il doit en informer
l’association dont il a la nationalité, par écrit, avant qu’elle ne le
convoque. De plus, seul le joueur lui-même peut renoncer à représenter
son équipe nationale. Il doit en informer l’association concernée
par écrit."

Je pense que c'est clair net et précis.

Donc avec les documents envoyés par MAKOUN ET ANGBWA, la FECAFOOT ne peut RIEN leur faire, mais alors rien du tout.