Football camerounais : à quoi servent les conférences de presse ?

Publié le par Atango

L'actualité sur le front de notre sport roi s'est accélérée d'un seul coup après la victoire face à l'Île Maurice. Alors que l'atmosphère était à la défiance et au conflit depuis la veille de la Coupe du Monde, les différents protagonistes se sont mis, brusquement, à se réconcilier à tour de bras, avec forces accolades et moult poignées de mains.

Dernier épisode en date, la conférence de presse convoquée ce mardi 7 septembre 2010 par Samuel Eto'o et Roger Milla pour annoncer urbi et orbi qu'ils étaient désormais réconciliés. Oubliés donc, les "il n'a rien fait pour le football camerounais" du patriarche, et les "qu'est-ce qu'il a fait ? Il a gagné la Coupe du Monde ?" de son héritier. On ne va pas faire la fine bouche : mieux vaut cette paix là que le spectacle pitoyable des incessantes disputes que ces deux fortes têtes nous ont infligé.

Pour le reste, rien n'a changé. Nul ne sait sur quelle base s'est établi ce rabibochage, et quelles en sont les conditions. Pendant le conférence de presse, Eto'o et Milla ont fait comme n'importe quel camerounais en conférence de presse : ils n'ont rien dit sur l'essentiel, sur ce qui intéresse vraiment les lecteurs, les auditeurs et les téléspectateurs. Cette petite habitude qui consiste à dire très peu pour laisser entendre beaucoup, tout en prenant l'air de celui qui protège le code secret de la bombe H, cette vieille habitude continue. A ce tarif, on se demande pourquoi ils prennent la peine de convoquer des conférences de presse, si c'est pour ne rien dire.

Milla nous annonçait déjà qu'il détenait "un document", qu'il pourrait donner à Sepp Blatter, en laissant entendre que ce papier contenait des secrets explosifs. On n'en saura pas plus.

Eto'o nous dit aujourd'hui qu'il a remis au ministre un rapport sur ce qui s'est passé en Afrique du Sud. Sans aucun détail. Question langue de bois, ce joueur et cet ancien joueur de football peuvent désormais en remontrer à n'importe quel homme politique.


CAMEROUN ETOO CONFERENCE 130110

 

Le phénomène est d'ailleurs général aux affaires du football au Cameroun. Ainsi, le salaire de Clemente a été protégé au départ par une bizarre et inutile clause de confidentialité, l'absence de Mangua Onguéné à la première cérémonie d'installation n'a été expliquée qu'à posteriori, etc.

Pourtant, l'information finira par sortir au grand jour, car elle possède la même force d'inertie et d'infiltration que l'eau, et aucun barrage ne peut la contenir indéfiniment. Il suffit donc d'attendre : on finira par savoir en détail ce qui s'est passé en Afrique du Sud et quelles ont été les circonstances des multiples réconciliations de ces derniers jours. Néanmoins, cette forme de mépris que tous ces messieurs affichent pour la plèbe doit être dénoncée, car sans ce même peuple qui les admire, les soutient, parfois se déchire pour eux, ils ne seraient que des êtres ordinaires.

Espérons que la prochaine conférence de presse en sera une véritable, pendant laquelle on donnera des informations, car c'est le seul objet réel d'une conférence de ce type. S'il s'agit simplement d'annoncer qu'on a des choses à dire mais qu'on ne les dira pas, d'autres possibilités existent comme les communiqués ou, encore mieux, le silence.

Publié dans Chroniques

Commenter cet article

etoofille 09/09/2010 15:57


ahahahahahahah atango, trop fort! bravo pou tes chroniques mon frere!


Indomptable 08/09/2010 22:57


Nos deux comperes ont au moins eu le courage d'enterrer la hache de guerre. Mais connaissant leurs egos surdimensionnes, seul le temps nous dira si c'est une reconciliation qui vient du coeur ou
une autre activite folklorique pour nous embrouiller.


Atango 09/09/2010 08:48



@ Frieda


De rien, soeurette. Tes fleurs et tes décorations m'inspirent. Toi-même tu sais.


 


@ Indomptable


Moi ce qui m'énerve, c'est que pendant ce temps, le Cameroun n'est pas fichu d'organiser une simple CAN. Je ne parle même pas de l'état du football au Cameroun : la formation des jeunes, la
gestion des clubs, l'arbitrage, la formation des entraîneurs, etc. Bref, tous les points que tu soulignais déjà dans ta réflexion.


Espérons que JMO pourra faire bouger quelque chose. Mais j'en doute, vu le contexte. Je prépare un texte là-dessus, ce sera une lettre ouverte à Jean Mangua Onguéné (moi aussi j'entre dans la
mode des opens letters. Il paraît que c'est tendance).



fryou 08/09/2010 14:57


Bonjour Atango,
J'aime tes chroniques
j'en ressors toujours édifiée
Bisou mon frère
Frieda