Shalke-Manchester United du 26 avril 2011 : le live

Publié le par Atango

A 20 h 00 heure de Paris, les compositions de départ sont connues, et comme mon lecteur peut s'en douter, la seule chose qui m'intéressait était de savoir si Joël Matip était titulaire. Eh bien oui ! Face à l'armada amenée par un certain Wayne Rooney, Ralph Rangnick fait confiance au jeune Camerounais à qui il confie l'axe de la défense en compagnie de Christoph Metzelder, l'homme masqué.

 

Compo-depart-Shalke-Manchester-U.jpg

A vrai dire, les Allemands, en bons outsiders, n'ont rien à perdre dans cette double confrontation comptant pour les demi-finales de la CL 2011. La pression sera du côté des hommes de Ferguson, qui n'ont pas été franchement transcendants ces dernières semaines. Battus par leurs cousins honnis de City en finale de la Cup le 16 avril 2011, les Reds ont été contraints au nul par Newcastle le 19, avant de disposer d'Everton à Old Trafford par un maigre score de 1 -0.

 

Mais que dire de Mister Shalke et Herr 04 ? Carrément moyen en championnat, le club fondé à Gelsenkischen en 1904 (et basé dans le quartier de Shalke, d'où son nom complet, CQFD) se traîne dans le ventre mou de la Bundesliga : 10e à 29 points du leader, le voisin et ennemi, le Borussia Dortmund. Mais il suffit que le Zadok the Priest de Haendel retentisse dans le Veltins Arena pour que la bande à Raul se transforme en aigle conquérant, dont le serpent nerrazurri a goûté les serres en quarts de finales.

Tete-Matip.jpg

 

Les Mancuniens sont prévenus, mais on ne s'inquiète pas trop pour eux : contrairement à l'Inter, MU est une équipe compacte et solide. Il y aura donc match, d'autant que l'enjeu n'est rien d'autre qu'un ticket pour Wembley !

 

***

 

46e minute

Eh bien, Shalke fait mieux que résister à Manchester United ! Farfan et Uchide, notamment, sur leur côté droit, ont apporté de la percussion et le petit poucet allemand s'est montré dangereux à plusieurs reprises, même si Van der Sar n'a pas vraiment été inquiété jusqu'ici.

 

A l'inverse, les Ferguson boys ont déjà eu plusieurs occasions franches, enrayées par Neur, excellent et chanceux ce soir. Joël Matip fait jusqu'ici un bon match, si l'on se souvient que son vis-à-vis n'est nul autre que Wayne Rooney. Toujours bien placé (l'un de ses points forts), le jeune Lion Indomptable n'a pas besoin de forcer pour maîtriser sa zone.

 

En toute honnêteté, Manchester United a plus de chance que Shalke de marquer ce soir, mais il ne faudrait pas oublier qu'un certain Raul, 33 ans au compteur, a retrouvé ses jambes de 20 ans dès le coup d'envoi. Or, entre l'ex madrilène et la coupe aux longues oreilles, c'est une histoire d'amour exclusive et dont nul ne connaît le secret.

 

***

 

92e minute

Shalke aura tenu exactement 67 minutes avant de craquer. Voici le scénario : 65e minute, Ferguson se lève, accélère la vitesse de mastication de son chewing-gum fétiche, donne de la voix et reste debout pour bien montrer à ses joueurs qu'il est temps qu'ils bougent. Message reçu. A la 66e minute, Ferdinand télégraphie un long ballon à Evra qui amortit et sert en première intention Wayne Rooney. Le bad boy préféré de ces dames se paie une fausse alerte de frappe, histoire de pousser la défense allemande à lui créer une ouverture dans laquelle il place un amour de passe à Ryan Giggs, qui avait compris l'astuce et fait la bonne course. Le vieux briscard n'a plus qu'à ajuster le pauvre Neuer. Shalke 0 - Manchester 1.

 

A ce moment du match, les hommes de Ralph Rangnick savent déjà qu'ils n'iront pas à Wembley. Ils baissent moralement les bras, et cela se ressent tout de suite sur le terrain. Les bleus, qui n'ont jusqu'ici montré aucune vraie envie, aucune audace, sont assomés debout, et Rooney en profite pour se faire offrir un caviar par Hernandez pour le 0-2 à la 70e minute. Encore une longue passe venue de l'arrière, vers Valencia cette fois, qui sert Hernandez après avoir réussi un contrôle pleine course pas piqué des hannetons. Ferguson peut se rasseoir et activer une machoire triomphale : ses boys ont gagné le droit d'aller souffrir en finale face à l'un des deux ogres espagnols.

 

Les 20 minutes qui restent sont d'ailleurs "catalanes" : MU déroule, multiplie les passes et balade des Allemands désemparés, qui n'ont plus à coeur que d'éviter le ridicule d'un carton plein. Mais les Reds ne semblent pas vouloir dépenser plus d'énergie que ça, eux qui n'ont que 6 points d'avance sur Arsenal et qui veulent donc conserver quelques forces pour le déplacement du 1er mai à Londres, où ils vont défier justement les Gunners.

 

En résumé, un vrai match d'outsider recevant un favori, avec peut-être trop de respect de la part du premier cité. Matip fait un match correct, même si on peut lui reprocher une certaine lenteur de réaction sur le deuxième but. Bravo en tout cas à ce jeune homme de 19 ans qui est désormais et définitivement entré dans la cour des grands !

 

Vidéo 

Publié dans Analyses

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article