Slovaquie-Cameroun : un match nul riche d'enseignements

Publié le par Atango

Première mi-temps

Le match commence avec le fameux système 4 3 3 cher à PLG. L'équipe penche cependant à gauche : Jean II Makoun (27 ans aujourd'hui) commence le match en "10", avec derrière lui Eyong Enoh et Alexandre Song. A  droite, Chedjou n'a devant lui que Vincent Aboubacar, qui est un attaquant pur. Le néo-valenciennois ne va pourtant pas rechigner à assumer ses tâches défensives.


Les premières minutes montrent une équipe du Cameroun bien dans sa tête, avec des joueurs qui n'hésitent pas à prendre des risques. La qualité technique du milieu permet un jeu vers l'avant qui donne le premier mouvement offensif dès la troisième minute : Alexandre Song, Eyong Enoh et Makoun combinent en triangle dans l'axe, et lancent sur la gauche Assou Ekotto qui avait pris son couloir. Le Spur réussit dans la zone de corner un centre qui trouve Achille Webo. Malheureusement, la déviation de WWW passe à quelques centimètres du poteau gauche des cages slovaques.


Action-de-jeu.jpg

 

Cette belle dynamique est pourtant cassée lorsqu'à la cinquième minute Kopunek place un missile dans la lucarne gauche de Souleymanou.

 

Décryptage du but : tout part en fait d'une perte de balle d'Aboubakar Vincent en milieu de terrain, le n° 4 slovaque parvient à remettre ce ballon dans l'axe. Makoun perd ensuite un duel face au n° 14, qui transmet au n° 15. Celui-ci tente une pénétration, se retourne devant Bassong, et remet en retrait à Kamil Kopunek, bizarrement démarqué. Celui-ci n'avait plus qu'à ajuster la lucarne gauche de Hamidou Souleymanou. N'importe quel équipe aurait pu encaisser ce but, mais force est de reconnaître que la défense camerounaise a manqué de tranchant sur ce coup là.


C'était l'occasion de voir la capacité de cette équipe à réagir. Le reste de la mi-temps, on a vu un groupe Cameroun stable, et même dangereux à plusieurs reprises. Le côté gauche a tourné à plein, avec Achille Emana et Assou Ekotto en catalyseurs. De belles occasions, notamment à la 18e minute (Webo) et à la 26e minute (Eyong Enoh) auraient permis d'égaliser, voire de prendre l'avantage.


Quelques palpitations cependant pour les supporters, notamment lorsque Chedjou, perd le ballon sur son côté droit à la 44e minute, ce qui déclenche aussitôt une contre-attaque que seul le sang froid de Nkoulou et de Souleymanou a permis d'enrayer. Le Lillois devra apprendre qu'un latéral ne tente jamais de débordement tant qu'il n'est pas sûr qu'un autre joueur se trouve dans sa zone, pour le couvrir.


Supporters.jpg

 

2e mi-temps

Mandjeck remplace Makoun, mais on garde le 4 3 3, l'équipe demeurant dépendante de son côté gauche.

Première alerte : Emana à la 48e minute. Une belle frappe. Mais, pas assez enroulée, elle passe à droite des buts slovaques. Le Sevillan s'est signalé en mettant de la densité au milieu de terrain, notamment pour essayer de récupérer des ballons de contre-attaque. Cependant, sa relation de jeu avec Webo ne marche visiblement pas.


Un but slovaque marqué à la 49e est invalidé à cause d'une faute sur Bassong. Mais attention : l'alignement de notre défense a été pris en faute sur cette occasion. Sébass s'en tire avec un joli bandage sur le front.


Geremi remplace Chedjou à la 66e minute, alors que Ndjeng prend la place d'Aboubacar. L'ex cotonnier, très technique (il a régalé le stade d'une série de passement de jambes à la 50e minute) a sûrement gagné son ticket pour l'Afrique du Sud ce soir. Ce sera au détriment de Kouemaha, sûrement. Quant à Geremi, il reste notre meilleur tireur de balles arrêtées. Sans plus.


81e : Emana sort pour Kouemaha, qui n'aura malheureusement pas su s'imposer dans ce compartiment. Il n'a ni la technique d'Aboubakar Vincent, ni le jeu de tête et la présence physique d'Idrissou.


82e, but d'Eyong Enoh, sur une action digne d'un avant-centre. Passe en cloche d'Assou Ekotto depuis l'axe, Eyong amorti superbement le ballon de la poitrine, est bousculé, ce qui ne l'empêche pas de devancer le gardien et de mettre le cuir au fond. Ce but est une vraie récompense pour le passeur et pour le buteur, qui à mon avis ont été les meilleurs Lions Indomptables ce soir.

Staff.jpg

Le Cameroun égalise donc, au grand soulagement de Paul Le Guen. Le Breton devra cependant revoir sa copie en profondeur. En effet, le "4-3-3" qu'il s'obstine à appliquer requiert une technique irréprochable, et la présence de trois vrais joueurs offensifs dont deux spécialistes du jeu de couloir. Or, ces atouts ne sont pas présents dans le groupe Cameroun actuel.


L'effectif actuel des Lions Indomptables commanderait plutôt que l'on adoptât un 4-4-2 classique, qui a l'avantage de la stabilité. En effet, on a bien vu au cours de ce match que la clé, c'est le premier but, qu'il faut absolument éviter d'encaisser, sinon on se retrouve face à une équipe regroupée. En Coupe du Monde, il faudra être vigilants sur ce point : sérénité et concentration en début de match, de la maîtrise et de la patience en milieu de terrain.


Quant à l'effectif, d'après ce que chaque joueur a montré ce soir, il serait intéressant de voir cette équipe.

Mon équipe type des lions (Slo)-copie-1

Joël Matip a remplacé Alexandre Song à la 85e minute. Commentaire du reporter de SkySport : "Another teenager is on. What a contrast between Matip and Geremi."

Ce sera le mot de la fin. 

Revoir le match ici

Publié dans Analyses

Commenter cet article

dartagnan 31/05/2010 19:41


mErci mille fois pour le lien du match , t'assure grave .
Pour la formation en 4-3-3 je pense qu'on ne peut pas rêver mieux à condition qu'Eto'o et Emana jouent le jeu:: que le 1er consente à pointer et à multiplier les appels et que le second parvienne a
lui donner le ballon dans la prfondeur ou dans les pieds...je dis celà car le Cameroun Maroc (0-0) que j'ai en dvd, est la triste preuve que quand ces deux là veulent pas s'entEndre c'est le
collectif tout entier qui est grippé. kameni plutot que souleymanou car à mon avis les meilleures blagues sont les plus courtes et s'il est vrai que j'etais un des 1st à le clouer au pilori ces
2dernières années, j'ai désormais obtenu satisfaction, le voir mis en concurrence...mais il est temps de voir si celà aura porté ses fruits . Dernier doute c'est Bassong,espérOns qu'il gagne en
assurance car il ne m'a pas convaincu jusqu'alors e j'attends de voir Mbia en défenseur central (en esperant un rendement égal a celui de l'om) et une bonne surprise en lato droit (Bong?Mandjeck ?
car sinon on a eto'o qui peut dépanner lol). Voilà la course est lancée et sa se joue dans un mouchoir de poche .


Atango 01/06/2010 10:27



Je pense que les deux clés de notre jeu offensif sont :


1. l'entente entre Alex Song et Eyong Enoh ;


2. l'entente entre Emana et Eto'o


Et là tu as raison, ces deux-là devraient nous laisser leurs petites querelles et se mettre au boulot. On travaille tous, et dans nos lieux de service, on n'est pas oligé d'aimer les gens pour
bien bosser avec eux. Ou bien ?



Lionman 31/05/2010 14:43


Atango,

Si le 4-3-3 ne marche pas parce qu'ils n'y a pas de joueurs de couloirs comme tu dit, commen est-ce qu'un 4-4-2 pourrait reussir? Il n'y aura toujours pas de joueurs de couloir...


Atango 01/06/2010 10:01



Dans un 4-4-2, on peut plus facilement laisser monter les latéraux sans se découvrir. Assou Ekotto prend régulièrement son couloir. Dans un 4-4-2, il est systématiquement couvert par le milieu
gauche. Dans un 4-3-3, on est exposé de son côté en cas de contre-attaque.



Indomptable 31/05/2010 01:15


Amen ! Si PLG pouvait t'entendre. Je viens de voir le match... grace au lien sur ton Blog. Millions of thanks and keep it up!


Atango 31/05/2010 09:12



You're welcome, bro.